LES PAIRS-ÉDUCATEURS DE SANTÉ : DES JEUNES COMME LES AUTRES ?

Auteurs : FRANÇOIS CHOBEAUX & ERIC LE GRAND

L’action des pairs-éducateurs est en développement en France dans le cadre de programmes d’éducation à la santé mis en place en direction des adolescents et des jeunes adultes. Si l’implication des jeunes sur les questions de santé semble paraître naturelle et jugée pertinente par les professionnels, la communauté scientifique et les pouvoirs publics, l’article s’interrogera sur la façon dont ces jeunes se perçoivent et sont perçus par les destinataires de ces actions et sur les dynamiques identitaires en œuvre. Il apparaît que la fonction et la reconnaissance en tant que pair ne s’improvisent pas, et que l’homothétie en âge n’est pas un critère suffisant pour fonder la « pairitude ».

Mots clés : Education à la santé, pairs-éducateurs, groupes de pairs, socialisation juvénile, identité juvénile

Abstract : The work of peer educators is being developed in France as part of health education programs set up for adolescents and young adults. If the involvement of young people on health issues seems natural and considered relevant by professionals, the scientific community and public authorities, the article will question how these young people perceive themselves and are perceived by the recipients of these actions and on the identity dynamics in action. It appears that the function and the recognition as a peer can not be improvised, and that homothety in age is not a sufficient criterion for founding « pairitude ».

Keywords: Health education, peer educators, peer groups, juvenile socialization, juvenile identity

Pour citer cet article : 

Chobeaux, F. & E. Le Grand, « Les pairs-éducateurs de santé : des jeunes comme les autres ? », Revue de Socio-Anthropologie de l'adolescence [En ligne], no.2, janvier 2018, p.44-55. URL : http://revue-rsaa.com/index.php/les-numeros/numero-2-lespairs/92-4-pairspascommelesautres

Télécharger-imprimer le PDF

UNE SACRÉE « PAIRS » DE PARENTS. LE RÔLE DES PAIRS DANS LA RECOMPOSITION DES PRÉFÉRENCES MUSICALES À L’ADOLESCENCE.

Auteur : JOËL ZAFFRAN

Quel est le rôle des pairs dans l’évolution des goûts musicaux des adolescents ? En posant cette question, l’article traite des préférences sous un angle original : celui de la manière avec laquelle les goûts hérités des parents se recomposent à l’adolescence, sous l’influence des pairs. À partir d’une enquête qualitative menée auprès d’adolescents de 15 ans, l’article s’attache à repérer l’influence des pairs dans le maintien ou la transformation de leurs préférences. Les entretiens montrent que, par-delà les différences sociales, les préférences musicales font l’objet à l’adolescence d’une transaction entre l’héritage culturel des parents et les préférences des pairs[1].

Mots clés : Adolescence, pairs, parents, pratiques et écoutes musicales, transmission et recomposition des préférences

Abstract :

What is the role of peers in the evolution of teenagers’ musical tastes? The article analyses musical preferences from an original angle: the way in which the inherited preferences of parents are recomposed in adolescence, under the influence of peers. Based on a qualitative survey of 15-year-olds, the article focuses on identifying the influence of peers in maintaining or transforming teenagers’ preferences. The interviews show that across social differences their preferences are a transaction between father's inheritance and peer preferences.

Keywords : Adolescence, peers, parents, musical practices and listening, preferences transmission and recomposition

Pour citer cet article : 

Zaffran, J., « Une sacrée « pairs » de parents. Le rôle des pairs dans la recomposition des préférences musicales à l’adolescence »,Revue de Socio-Anthropologie de l'adolescence [En ligne], no.2, janvier 2018, p.3-13. URL : http://revue-rsaa.com/index.php/les-numeros/numero-2-lespairs/96-3-pairs-de-parents

Télécharger-imprimer le PDF

Télécharger-imprimer le PDF

Le deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) a pour objectif de clarifier la notion pairs. Qui sont-ils ? Quelle place ont-ils dans la vie des adolescent-e-s ? Quelles fonctions remplissent-ils ? Derrière l’apparence d’une homogénéité se cache-t-il une diversité des groupes de pairs ? Une diversité des rôles joués par chacun au sein du groupe ?

En s’appuyant sur le discours des adolescents, Joël Zaffran analyse d’abord le rôle des pairs dans l’évolution de leurs goûts musicaux. L’auteur revisite la tension significative entre appartenance à la famille d’une part et groupe de pairs d’autre part, en insistant sur des modalités de transmission des préférences qui relèvent davantage de la médiation que de l’imposition. Si l’héritage joue certainement un rôle dans la « recomposition des goûts à l’adolescence », reste que la logique de tri donne aux adolescents l’occasion d’affirmer leur individualité. Dans ce contexte, les choix effectués en matière de préférences musicales ne sont pas simplement influencés par les pairs, ils sont révélateurs de la relation que les adolescents entretiennent avec ces derniers.

De son côté, Nathalie Dupin propose d’interroger la notion de pairs à partir d’une recherche qualitative menée sur le sujet du (cyber)harcèlement chez les adolescents et les adolescentes. En fonction des contextes et des situations, le terme de « pairs » semble renvoyer dans les représentations des plus jeunes à différents groupes, ce qui confirme la porosité des frontières de cette notion auprès des jeunes eux-mêmes. L’auteure attire alors l’attention sur les multiples dimensions que cette notion peut parfois inclure, parfois exclure, comme l’âge, le milieu social ou encore le genre. Il en résulte la nécessité de situer dans les recherches les relations entre pairs et d’en préciser à chaque fois, au fil des différents travaux, les frontières.

La notion de pairs est particulièrement intéressante à étudier dans un contexte d’intervention. Pour des jeunes en situation de grande vulnérabilité les « pairs » peuvent en fait jouer un rôle important dans leur insertion sociale. A partir de l’exemple d’un réseau d’entraide jeunesse de la région de Québec, Vanessa Fournier insiste sur les avantages d’un accompagnement centré sur la mise en relation entre jeunes ayant traversé des expériences semblables. Le soutien entre pairs s’avère une voie prometteuse en termes d’intervention auprès de ces jeunes, notamment parce qu’il favorise la mise en avant de relations positives et solidaires particulièrement favorables à l’insertion sociale.

Ce rôle que peuvent jouer les pairs dans un contexte d’intervention sociale est également analysé dans le contexte français. François Chobeaux et Eric Le Grand soulèvent cependant le paradoxe qu’entraine leur mobilisation dans le domaine de l’éducation à la santé : malgré la proximité des « pairs éducateurs » avec leur jeune public, leur statut spécifique les amène à se distinguer, notamment du fait de leur montée en compétences. La mise en place d’activités impliquant les peer educators nécessite alors la présence et l’accompagnement attentif d’adultes qualifiés afin de s’assurer de la bonne conduite des activités de sensibilisation et de prévention. La simple « homothétie en âge » n’apparaît pas comme un élément suffisant pour s’assurer de l’efficacité d’une telle démarche.

Finalement, à partir d’enquêtes menées dans des quartiers populaires de la banlieue parisienne, Thomas Sauvadet analyse la socialisation d’une jeunesse « de rue ». Le regroupement de jeunes dans l’espace public révèle la coexistence de différents groupes d’appartenance. Dans ce contexte, il s’agirait, non pas de parler d’une socialisation par « groupe de pairs » mais plutôt d’une « socialisation juvénile », notamment parce que la bande rassemble des jeunes de tous les âges et parce des relations autoritaires et hiérarchiques, à l’opposé de relations solidaires et horizontales, s’imposent à de nombreuses occasions. Cette « socialisation juvénile » ferait d’ailleurs la spécificité de la socialisation de ces jeunes de quartiers populaires.

DE LA COUR DU LYCÉE AUX MÉDIAS SOCIAUX: UNE ÉTUDE QUALITATIVE DES RÔLES DES PAIRS ADOLESCENTS, EN LIGNE ET EN PRÉSENCE

Auteure : NATHALIE DUPIN

Le terme de « pairs » est couramment utilisé pour qualifier les sociabilités adolescentes : cet article propose une analyse approfondie de ce concept, qui associe à la fois les figures d’altérité et de similarité et pose la question de la force des liens qui unit ces adolescents sous ce terme de pairs. Il insiste finalement sur l’importance de situer ces pairs (genre, milieux de vie, lieu des échanges…) pour pouvoir étudier les rôles qu’ils jouent. Les analyses de cet article s’appuient notamment sur des entretiens réalisés auprès d’une cinquantaine de lycéens scolarisés au sein d’établissements scolaires situés en zones rurale et urbaine d’Ile-de-France, et sur des études de cas de (cyber)harcèlement recueillis sur une ligne d’écoute nationale dédiée à la protection des mineurs sur Internet.

Mots clés : Adolescents, sociabilité, pairs, médias sociaux, (cyber)harcèlement

Abstract :

« Peers » is commonly used to consider adolescent sociability: this article proposes a deep analyse of this concept that combines otherness and similarity, and interrogates the strength of the links between adolescents called peers. Finally, it stresses the importance of situating these peers (gender, living backgrounds, places…) in order to study their roles. The analyzes are here based on fifty high school students interviews from urban and rural areas of Ile-de-France, and case studies of (cyber)bullying from a hotline dedicated to the protection of minors on the Internet.

Keywords : Teenager, sociability, peers, social medias, (cyber)bullying

Pour citer cet article : 

Dupin, N., « De la cour du lycée aux médias sociaux: une étude qualitative des rôles des pairs adolescents, en ligne et en présence », Revue de Socio-Anthropologie de l'adolescence [En ligne], no.2, janvier 2018, p.14-27. URL : http://revue-rsaa.com/index.php/les-numeros/numero-2-lespairs/97-3-courlycee

Télécharger-imprimer le PDF

LA SOCIALISATION DES JEUNES DE RUE

Auteur : THOMAS SAUVADET

L’article décrit les modes de socialisation de la jeunesse « de rue » dans les quartiers pauvres de banlieue parisienne, une jeunesse masculine pour qui l’espace public du quartier correspond d’abord à un lieu de vie sous le contrôle et l’influence des pairs au sens strict (le groupe de copains) et au sens large (des jeunes partageant les mêmes espaces, les mêmes problématiques, les mêmes modes de vie). Après avoir précisé les caractéristiques sociales de cette jeunesse, l’article éclaire différentes logiques de regroupement dans l’espace public du quartier, plus hétérogènes que ne le laisserait supposer l’abondante littérature sur les « bandes ». Il analyse ensuite quelques spécificités de la socialisation juvénile des jeunes concernés.

Mots clés : Socialisation, jeunesse, pauvreté, logement social, éducation

Abstract :

This article describes the socialization of « corner boys » in the social housing of parisian suburb. Public space is life space for « corner boys », space under peers control. This article shows various group logics and possibilities, then some characteristics of this socialization

Keywords : Socialization, youth, poverty, social housing, education

Pour citer cet article : 

Sauvadet, T., « La socialisation des jeunes de rue », Revue de Socio-Anthropologie de l'adolescence [En ligne], no.2, janvier 2018, p.56-72. URL : http://revue-rsaa.com/index.php/les-numeros/numero-2-lespairs/94-6-jeunesderue

Télécharger-imprimer le PDF

Page 1 sur 2